Nox Illuminata


52 romans par an: "Le Procès" de Franz Kafka

 

Couv Procès14.jpg

 

Extrait de la présentation du roman de Kafka:

 

 

"Avis à placarder sur la porte de la Loi:

Tenez-vous-le pour dit : on ne peut pas se soustraire à l’emprise diffuse et tentaculaire d’une procédure judiciaire occulte et arbitraire, qui se transforme inexorablement en verdict de peine capitale.

Et si vous avez le malheur de reconnaître progressivement à une procédure judiciaire occulte le droit de dicter les règles arbitraires d’un jeu inconnu, alors vous tomberez dans le piège qui consiste à admettre progressivement la possibilité d’une culpabilité inconnue, et ainsi vous vous condamnerez vous-même."

 

Lire l'article sur mon blog littéraire:

https://52romansparan.wordpress.com

 

 


06/01/2015
0 Poster un commentaire

52 romans par an: "Le Pain" de Toufic Youssef Aouad

Couv Aouad blog13.jpg

Extrait de la présentation du roman de Aouad:

 

"Quel beau roman aux pages rocailleuses, boisées, poussiéreuses, révoltées, hurlantes, amoureuses !

Publié en 1939, Le Pain a des accents de théâtre vivant, en représentation, là, devant les yeux et entre les mains du lecteur-spectateur.

Le réalisme romanesque, mélodramatique, vif, endiablé, de Toufic Youssef Aouad vous captive dès les premières pages, les premières scènes. Et son humour mordant, désabusé, vous transporte jusqu’aux cimes d’un idéalisme qui n’abandonne jamais la terre, comme les montagnes du Liban.

D’un bistrot-tripot situé dans un village du Mont-Liban à un balcon de Damas donnant sur la liesse d’un peuple arabe désenchaîné, en passant par les grottes du maquis, les prisons du tribunal militaire..."

 

 

Lire l'article sur mon blog littéraire: 

https://52romansparan.wordpress.com


06/01/2015
0 Poster un commentaire

52 romans par an: "Quiconque exerce ce métier stupide mérite tout ce qui lui arrive" de Christophe Donner

Couv Donner blog9.jpg

 

Extrait de la présentation du roman de Donner:

 

"Christophe Donner ne le nie pas. Pour lui, le matériau biographique qu’il a rassemblé (il cite toutes ses références en fin d’ouvrage), ne l’intéresse, ne le motive, que comme combustible de la fiction, la sienne, sa façon de voir les choses et de les narrer.

Il a écrit en quelque sorte un récit poly-biographique affabulatoire. Il a forcé la dose, comblé à sa guise les trous, imaginé des relations, des rapports, des transitions.

L’intérêt de son « roman » réside ailleurs. Si ses « personnages » ne sont pas tout le monde il est beau et gentil, ils ne sont pas pour autant stupides. Tous – Rassam, Berri, Pialat, Godard (hélas, on ne peut en dire autant des « personnages » féminins, à part Arlette, la sœur de Berri, amante et coscénariste de Pialat) –, tous sont mus par la passion, la rage créative, l’ambition, la ténacité, la persévérance. En un mot, la foi. Leur divinité suprême est le « cinéma ». Avec ses folies, ses ivresses, sa parure clinquante d’or et de diamants, et ses faillites, ses cuites, ses chutes abyssales."

 

Lire l'article sur mon blog littéraire:

http://52romansparan.wordpress.com


01/12/2014
0 Poster un commentaire

52 romans par an: "Mécanismes de survie en milieu hostile" d'Olivia Rosenthal

Couv Rosenthal blog6.jpg

 

Extrait de la présentation du roman de Rosenthal:

 

"Dire que ce roman, ou plutôt cet écrit non identifié, est brillant, serait un euphémisme. Non, il est intelligent, raffiné, affiné, concocté, quinti-distillé. La lecture même se vit comme une expérience.

C’est un plaisir, intellectuel, cérébral. Comme lorsque le lecteur tombe au coin d’une phrase sur « ensemble, nous sommes moins forts » ou « j’ai envie de me cacher à l’air libre ». Ou esthétique, lorsque tout un paragraphe fourmille de courtes phrases commençant par un pronom ‘‘on’’ indéfiniment multiplié par la contingence de son rond anonyme. Et que dire devant une telle illustration de l’incommunicabilité : « Si la silhouette avait parlé, si je lui avais laissé la parole, si je l’avais écoutée, elle aurait dit, elle aurait pu dire, elle a peut-être dit, je n’ai pas entendu ce qu’elle a dit, je ne sais pas si elle a dit » ?"

 

Lire l'article sur mon blog littéraire:

http://52romansparan.wordpress.com


12/11/2014
0 Poster un commentaire

52 romans par an: "Carnival City" de Rawi Hage

Couv Rawi blog5 Twitter.jpg

 

 

 

Extrait de la présentation du roman de Hage:

 

"Du haut de l’incipit de Carnival City, Rawi Hage donne à son lecteur une tape dans le dos et le fait plonger dans un univers fantasmagorique de grand cirque urbain, dont l’arène se peuple d’araignées pisseuses, d’étudiantes électrochoquées, de béotiens motocyclés, de gladiateurs encagés, de cochons barricadés, de shakers danseurs, de dominatrices écrivaines, de pères vagabonds, de mères tisseuses de cordes… Un vrai carnaval de personnages déjantés, de situations interdimensionnelles et de réflexions molotov, surtout sur la religion et les vertus de la masturbation."

 

Lire l'article sur mon blog littéraire:

http://52romansparan.wordpress.com


03/11/2014
0 Poster un commentaire